Luc 1;26-38

Dieu n’a pas crée le monde et puis l’a oublié.
Dieu a crée le monde et continue à s’y intéresser.
Il a un projet pour ce monde.
Car ce monde n’est pas complet, il n’est pas parfait.
Il a évolué, il est devenu de plus en plus complexe, mais il ne sait pas comment gérer cette complexité.
Dieu a un projet pour ce monde et il a un projet pour sa création et ce projet est que toute la variété, toute la complexité du monde puisse exister en harmonie.
Dieu a le projet d’un royaume de paix.
Il a un projet, que nous appelons royaume de Dieu.

Mais Dieu sait qu’il n’accomplira pas seul ce projet.
C’est trop complexe.
Et les êtres les plus complexes, ceux qui n’arrivent pas à vivre en harmonie avec eux-mêmes et avec ce qui les entoure sont les êtres humains.
Dieu a besoin des êtres humains pour réaliser son royaume.
C’est l’histoire de Noël.
Un pas décisif dans le projet de son royaume c’est d’avoir un roi.
Mais pour faire naître ce roi sur terre il a besoin de Marie.
Tiens on aurait pensé à quelqu’un d’autre.
D’abord un homme, c’est eux qui transmettent le nom, qui donnent la légitimité d’une dynastie.
Dieu aurait dû s’adresser au roi qui régnait à l’époque.
Dieu aurait dû choisir Hérode, il avait un bon réseaux de connaissances d’hommes importants, il s’entendait bien avec Cesar, il avait du savoir faire, il aurait pu transmettre à Jésus les connaissances pour réaliser efficacement le royaume.
Et peut-être on l’aurait déjà s’il avait choisi Hérode
Ou bien un prêtre. Quelqu’un qui connait la loi de Dieu et qui ait toute la formation nécessaire et la connaissance pour créer un royaume conforme à la volonté de Dieu.
Zacharie par exemple.
Dieu l’a choisi pour être le père de Jean, mais il aurait pu le choisir pour être le père de Jésus,  il aurait pu éduquer Jésus aux attentes du peuple juif. Il aurait moins choqué peut-être.
Mais il choisit Marie, une jeune fille sans expérience, qui vit dans un petit village loin de tout, sans renommée, sans signification.
Peut-être parce qu’elle n’a pas d’intérêts à défendre, ou des attentes à satisfaire, ou une expérience qui l’a formatée; elle est capable d’accueillir le royaume dans sa nouveauté.
Parce qu’elle est vierge de toute influence humaine, elle peut accueillir la volonté de Dieu tel qu’elle est sans la confondre avec ses intérêts personnels ou l’interprétation qu’on en fait dans les synagogues et dans les églises.

C’est donc à elle, Marie, la jeune vierge de Nazareth que Dieu envoie l’ange Gabriel.
Qui la salue, et cette salutation lui fait peur.
Ce n’est pas l’apparition de l’ange qui l’a surprise, et ce n’est pas non plus, je pense, la proximité de Dieu tout puissant qui lui a fait peur, comme comme elle avait fait peur ä Moïse sur le mont Sinaï ou à Pierre après que Jésus lui ait permis de faire la meilleure pêche de toute sa vie.
Elle a peur parce que  l’ange s’adresse à elle.
Dieu s’intéresse à cette petite fille de Nazareth.
Nous aimerions tous nous sentir choisis par Dieu.
Nous aimerions tous avoir cette conviction profonde que Dieu sait que nous existons et que nous sommes importants pour lui.
Et je pense que pour Marie la chose ne devait pas être très différente.
Pour elle aussi, se savoir importante pour Dieu, savoir que Dieu a pensé à elle pour son projet devait la valoriser et même donner un sens à sa vie.
Mais intuitivement, comme chaque femme peut l’être, Marie sait que quand Dieu nous choisi nos vies vont changer.
Marie n’était qu’un enfant, elle était promise en mariage, elle rêvait d’être mère.
Elle rêvait d’une vie tranquille, avec un époux qui la protège et des enfants à choyer.
Elle rêvait qu’un jour elle serait grand-mère, entourée de petits-enfants. Elle rêvait peut-être déjà des conseils qu’elle donnerait à ses belles filles et des nouveaux nés qu’elle tiendrait dans les bras.
Mais maintenant que l’ange s’adresse à elle, elle doit être prête à tout.
Comment sa vie va-elle basculer maintenant que Dieu l’a choisie pour accomplir son projet?

Et le projet que Dieu a pour Marie, c’est qu’elle mette au monde un roi. Pas simplement le roi d’Israël, pas un roi comme David et même pas comme Salomon, mais le Messie, le roi attendu, annoncé par les prophètes pour accomplir la création de Dieu.
C’est un projet fou que Dieu a pour Marie.
Et devant ce projet fou Marie aurait pu se refuser.
Comme nous le faisons chaque fois que nous sommes confrontés à un grand défit.
Elle aurait pu invoquer le fait qu’elle n’était pas à la hauteur.
Ou qu’elle voyait sa vie autrement.
Ou que tout le monde se serait moqué d’elle.
Pour une jeune fille sans importance, c’était un projet tout de même trop grand et trop irréaliste  à porter.
Une objection elle l’a tout de même faite.
Ce n’est pas que ce que Dieu lui demande est trop lourd à porter, qu’il est difficile à réaliser.
C’est que c’est Impossible!
La science le dit.
Gabriel n’est pas au courant de comment les choses se passent sur cette terre?
Marie est vierge, elle n’a pas connu d’homme, selon les lois de la nature elle ne peut donner naissance même pas à un petit bébé insignifiant, oublions alors le Messie.
Et à ce moment l’ange révèle un aspect de Dieu que nous ne devrions jamais oublier:
Face aux défis auxquels nous sommes confrontés Dieu sait ouvrir de nouvelles possibilités que nous n’aurions jamais imaginées ni osées espérer.
Quand Dieu travaille avec nous, il peut ouvrir des portes qui étaient fermées à clé, cadenassées, il peut même ouvrir des portes là où nous ne voyions que des murs.
Il nous donne le courage quand nous avons peur d’oser.
Il nous donne la force quand nous sommes au bout du rouleau.
Il nous donne de l’inspiration quand nous nous sentons arides comme le désert.
Il nous donne un nouvel espoir quand nous ne voulons rien changer à nos habitudes.
Mais il peut aussi ouvrir de nouveaux horizons quand mathématiquement et scientifiquement l’avenir n’a pas de débouchées.
Elisabeth attend un enfant alors qu’elle est âgée et Marie est appelée à enfanter le Messie alors qu’elle n’a pas connu d’homme.

Marie n’est pas une personnalité importante, née dans une famille influente et avec beaucoup d’expérience.
Mais elle peut collaborer au projet de Dieu parce qu’elle accepte de se laisser bousculer et parce qu’elle croit que Dieu pourra rendre possible ce qu’elle pense être impossible.
Et c’est avec la naissance de Jésus que le projet de Dieu d’instaurer un royaume de paix commence à prendre forme.
Le Royaume de Dieu commence par un roi.
Mais il ne peut pas s’arrêter là.
Pour que le royaume prenne forme sur cette terre, un roi ne suffit pas.
Il faut aussi des sujets.
Des sujets ouverts à se laisser bousculer et à espérer au delà de toute possibilité humaine.

Et aujourd’hui peut-être Dieu vous appelle.
Et vous ne savez pas pourquoi!
Vous saviez qu’il vous aime, mais vous n’imaginiez pas que c’était sérieux et qu’il allait vous demander quelque chose.
Peut-être même son appel vous dérange.
Tout appel de Dieu, s’il ne dérange pas, c’est que vous vous l’êtes imaginé.
Et s’il vous dérange, vous voilà confrontés à vos limites.
« Je ne serais pas à la hauteur.
ça ne servira à rien, il y a trop d’obstacle.
C’est humainement impossible.
Appelle quelqu’un d’autre. »

Et peut-être, malgré tout, cet appel vous fait envie, car il peut donner un autre sens à votre vie.
Un sens nouveau et plus profond.
Et alors vous n’aurez qu’une seule façon de réagir.
Vous ferez comme Marie.
Et vous vous donnerez entièrement à Dieu. Amen