Louange des jours à Grandchamp – Temps de l’Avent, Temps de Noël

Louange des jours à Grandchamp – Temps de l’Avent, Temps de Noël

Louange des jours à Grandchamp - Temps de l'Avent, Temps de Noël

Ce deuxième volume de la « Louange des jours à Grandchamp » rassemble la prière liturgique du temps de l’Avent et de Noël.
Il fait suite au premier volume qui comprend la liturgie du Temps de l’Église et du Pré-Avent, ainsi qu’une introduction générale à la liturgie.

Coédition Grandchamp/Editions Ouverture 2023
ISBN 78-2-88413-413-2
312 pages
CHF 32.00

Action : Les deux volumes ensemble (Avent-Noël et Temps de l’Église) CHF 50.00

Frais d’envoi : CHF 10.00 pour la Suisse

“Louange des jours à Grandchamp » est l’expression de la prière liturgique quotidienne de la communauté aujourd’hui. Depuis plusieurs années se faisait sentir le besoin d’un recueil rassemblant les offices qui rythment notre journée.
La Communauté de Grandchamp a adopté en 1953 l’Office de Taizé, mais au cours des années et de son expérience de la prière, elle a enrichi cet héritage par des emprunts à d’autres traditions, notamment la spiritualité orthodoxe. 

L’édition du Psautier que nous utilisons pour nos offices est réservé à l’usage interne de la Communauté ; Il est repris de l’office de Taizé, la Louange des jours, qui avait intégré le psautier de la Bible de Jérusalem. Nous l’avons peu a peu légèrement modifié et adapté à notre usage – avec l’autorisation de Taizé et de la maison d’édition du CERF – mais n’avons pas l’autorisation de  le diffuser en dehors de la communauté.

Nous ne pouvons donc malheureusement pas vous le faire parvenir et nous vous remercions de votre compréhension.

Formulaire de commande

4 + 3 =

Homélie par le pasteur Serge Molla, le 8 octobre 2023

Homélie par le pasteur Serge Molla, le 8 octobre 2023

Mtt 21, 33-43 Es 5, 1-7   Ph 4, 4-9
Je ne sais comment vous avez enten-du cette parabole des vignerons meurtriers, difficile à recevoir. Elle retient pourtant l’attention parce qu’elle offre un concentré biblique en évoquant des vignerons refusant de donner au propriétaire le fruit de leur labeur. Ces hommes ne sont pourtant pas sourd aux demandes rappelées par les serviteurs, ni même au fils du maître. La violence dont ils font preuve envers les messagers l’atteste sans ambiguïté, tout comme le montre le meurtre du fils. C’est dire qu’en racontant une telle histoire, Jésus interroge quant à la manière dont chacun entend et reçoit ou non ses paroles qui bousculent la vie.
Quand bien même violence et meurtre paraissent culminer, je vois dans cette parabole un concentré biblique, manifestant l’incessant désir Dieu de Dieu à l’endroit de l’homme. Jamais Dieu ne se décourage pour venir et revenir vers lui. Pourquoi ? Pour l’unique raison qu’il veut pour lui la vie. C’est pourquoi Dieu n’a pas envoyé successivement les prophètes et son Fils lui-même pour blâmer, punir, juger et condamner, mais pour constamment réveiller à la vie.
Impossible donc de se dire que cette parabole ne nous concerne pas, même si tant hier qu’aujourd’hui, on n’apprécie guère, tant sur le plan religieux que social, politique qu’économique, ceux qui profèrent des paroles qui ne vont pas dans le sens du vent, qui prônent la vie plutôt que le profit, l’exploitation. 
Car dans notre monde, tout comme dans la Bible, les faux prophètes abondent et parlent fort. Ils agissent avec puissance à l’inverse des véritables porte-parole de Dieu qui paient le prix des messages qu’ils portent. Hier, le monde entier ou presque se gaussait d’une jeune suédoise qui sautait l’école un jour par semaine pour rendre attentif au changement climatique. Aujourd’hui Narges Mohamadi, une femme iranienne, récipiendaire du Prix Nobel de la paix 2023, est incarcérée pour sa lutte en faveur de ses sœurs dont les droits sont bafoués.
Songez à un Amos proclamant que sacrifices et prières déplaisent à Dieu, qu’il méprisait même les pèlerinages et que sa volonté, c’était que la justice coule comme un torrent (5,21). Amos ne fut guère apprécié qu’un Osée (4,1) quelques années plus tard attestant du procès du Seigneur avec le pays car il n’y avait ni sincérité ni amour du prochain. Ou même un Esaïe (5,7) dénonçant la rapacité des riches à la fin du passage que nous avons entendu et relatif à la vigne. Dieu en attendait le droit et c’était l’injustice. Il attendait la justice et c’était le cri des malheureux. Alors si la voix des prophètes ne portait pas assez, celle du Fils en personne, Jésus de Nazareth, serait entendue. Mais non ; il ne fut pas plus reçu. Car ses paroles dérangeaient aussi, au point qu’on a préféré et préfère transformer encore son message d’amour en de la guimauve, en en gommant toute son exigence et sa radicalité. C’est que ses paroles tranchaient dans le vif du confort. Jugez-en vous-mêmes : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ou, dans un autre registre, Vous ne pouvez aimer Dieu et l’argent. Paroles dérangeantes hier tout comme aujourd’hui, non ? On souligne certes leur beauté, mais en insistant de suite sur leur caractère utopique. C’est dire que la résistance à l’essentiel est forte, c’est dire qu’est solide notre résistance à ce qui dérange au plus profond.
Or c’est tout cela que concentre la parabole qui n’en a pourtant pas fini de résonner. Et elle pourrait mener à la déprime si cette parabole ne faisait que souligner l’engrenage mortifère de la violence et du meurtre. Mais elle ne s’arrête pas là. Elle rappelle envers et contre tout le constant désir de Dieu vers l’homme. Quelles que soient la violence en ce monde, la souffrance de la création, la mort qui semble avoir toujours le dernier mot. Cette parabole ouvre un chemin où il n’y en avait pas. Elle sème une espérance contre toute espérance, ce que signale la pierre rejetée devenue l’angulaire, le mort devenu le-plus- que-vivant.
Jésus rejette l’engrenage qu’imaginent ses interlocuteurs, sûrs de la vengeance du maître. En citant un Psaume (118), il rappelle que la pierre rejetée est devenue essentielle à la construction. Et voici que cette parabole énonce ce que tous ceux qui ont entendu Jésus ou que tout lecteur des évangiles a lu maintes fois, à savoir qu’une inversion radicale s’opère. On a beau prétendument le savoir, le répéter, en Eglise et dans les liturgies notamment, le message ne cesse de troubler et d’être incroyable. NON, violence et meurtre n’auront pas le dernier mot. Du coup, voici que la parabole ne m’incite plus seulement à constater qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et que la violence mène toujours le bal et ce seront toujours les plus petits, les plus faibles qui en feront les frais.  Qu’il s’agisse de femmes et d’enfants contraints à vivre sous la menace de bombes, de femmes traitées comme du bétail sexuel, que ce soit celles et ceux jetés sur les routes de l’exil vers le pays voisin, aux portes du désert ou en Méditerranée. 
Si je discerne dans cette parabole un concentré biblique, c’est non seulement en discernant le visage contemporain de la violence mortifère, mais j’y perçois le rappel essentiel que tout n’appartient pas à l’homme et que contrairement à ce qu’il croit si fort, ce dernier n’a pas la maîtrise de ce qui porte ou déporte la vie. D’ailleurs, il semble bien aujourd’hui, qu’en sus de la violence meurtrissant l’humain, qui n’a rien de nouveau, la création en souffrance place l’être humain face à ses responsabilités.
Du coup, si je choisis de dénoncer l’injustice ou de me montrer attentif à ma consommation, ce n’est pas pour jouer au redresseur de torts ou pour sauver la planète, mais avant tout pour manifester que tout homme est mon frère toute femme ma sœur, et que je ne suis pas le propriétaire de la création : elle nous a été confiée. D’aucuns diront que pour mieux respecter les êtres et la planète et le vivant ou accueillir le migrant, il faut plus d’argent. Mensonge : aujourd’hui l’argent ne manque pas au vu de l’augmentation générale et presque sans débat des budgets militaires, à l’inverse des budgets pour produire différemment.
Alors, si aujourd’hui vous entendez cette parabole comme un concentré biblique, vous voilà interrogé·e sur ce qui vous appartient ou non, me voici amené à douter de mes affirmations de maîtrise et de possession.  
Et s’il ne fallait qu’un signe pour accompagner notre méditation, regardez, il est là sur la table, avec ce pain et ce vin.  Signe dérisoire, aussi faible qu’essentiel, mais rappelant que c’est d’un Autre que nous recevons ce qui nourrit vraiment la vie. Et que Sa vie dépasse et franchit toute mort. Réjouissez-vous : NON, violence et meurtre n’auront pas le dernier mot. Amen

 

Homélie par le pasteur Pierre-Yves Brandt le 1er octobre 2023

Homélie par le pasteur Pierre-Yves Brandt le 1er octobre 2023

 Ez 18,25-28 / Ph 2,1-11 / Mt 21,28-32
Chères sœurs, chers frères,
Nous venons d’entendre une petite parabole racontée par Jésus. C’est l’histoire d’un homme qui a deux fils et à qui il demande successivement d’aller travailler à la vigne. Le premier lui dit sans attendre qu’il ne veut pas y aller. Mais ensuite, il est pris de remords et va à la vigne. Le second donne sa parole qu’il ira, mais n’y va pas. Jésus pose ensuite une question toute simple, à laquelle il n’est pas difficile de répondre : « Lequel des deux a fait la volonté de son père ? » Sans hésiter, vous répondez comme ceux à qui Jésus s’adresse : « Le premier ».
Pour comprendre pourquoi Jésus raconte cette histoire, il faut la situer dans son contexte. Jésus est en train de répondre aux autorités religieuses qui l’interrogent. Il est dans le Temple de Jérusalem, avec les grands prêtres et les anciens du peuple. Ceux-ci viennent de le mettre au défi de se légitimer alors qu’il est en train d’enseigner : « En vertu de quelle autorité fais-tu cela ? Et qui t’a donné cette autorité ? » lui ont-ils demandé (Mt 21,23). Et Jésus, au lieu de leur répondre directement, leur a dit : « Moi aussi, je vais vous poser une question, une seule ; si vous me répondez, je vous dirai à mon tour en vertu de quelle autorité je fais cela. Le baptême de Jean, d’où venait-il ? Du ciel ou des hommes ? » (Mt 21,24-25). Jésus leur parle de Jean le Baptiste, qui a été décapité par Hérode. Le texte dit qu’alors les grands prêtres et les anciens ne lui répondent pas immédiatement, mais se mettent à raisonner en eux-mêmes : « Si nous disons : ‘Du ciel’, il nous dira : ‘Pourquoi n’avez-vous pas cru en lui ?’ Et si nous disons ‘Des hommes’, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète.’ » (Mt 21,25-26). Après ce raisonnement intérieur, ils répondent à Jésus : « Nous ne savons pas » (Mt 21-27). Et le texte raconte que Jésus leur dit alors : « Moi non plus, je ne vous dis pas en vertu de quelle autorité je fais cela. » (Mt 21,27).
C’est alors que Jésus raconte la parabole que nous venons d’entendre. Le mot « parabole » veut dire « comparaison ». Jésus compare ceux à qui il s’adresse au deuxième fils qui est envoyé dans la vigne. Ils sont des personnes qui disent qu’ils veulent faire la volonté de Dieu, qu’ils veulent suivre la voie de Dieu, mais au moment où il s’agit de le mettre en pratique, ils ne font pas la volonté de Dieu, ils ne suivent pas sa voie. C’est ce que Jésus leur dit à la suite de la parabole : « En effet, Jean est venu à vous dans le chemin de la justice et vous ne l’avez pas cru. » (Mt 21,32). Et Jésus va plus loin dans la comparaison : il oppose les autorités religieuses qu’il a en face de lui aux collecteurs d’impôts et aux prostituées. Ce sont eux qu’il compare au premier fils de la parabole. Contrairement aux grands prêtres et aux anciens du peuple, les collecteurs d’impôts et les prostituées ont cru (Mt 21,32) Jean le Baptiste. Et pour cette raison, Jésus annonce aux grands prêtres et aux anciens du peuple que les collecteurs d’impôts et les prostituées les précèdent dans le Royaume de Dieu.
Jésus s’adresse à ceux qui se croient justes, les gens bien religieux, qui se croient les bons croyants et qui n’ont aucun doute pour identifier les pécheurs, les mauvais croyants. Et Jésus vient renverser les convictions des autorités religieuses qui décrètent qui sont les bons croyants et qui sont les pécheurs. Ceux qui ont cru, ce sont les collecteurs et les prostituées. Ce sont eux les bons croyants aux yeux de Dieu. Quant aux grands prêtres et aux anciens du peuple qui jugent et condamnent, ils feraient bien de prendre conscience que ce sont eux les mauvais croyants.
Entendant cette parabole, nous pourrions à notre tour nous construire des certitudes permettant de catégoriser les bons et les mauvais croyants. Les choses paraissent simples : il faut comprendre qu’il ne suffit pas de dire oui à ce que Dieu propose pour entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui compte, c’est au final de le mettre en pratique. Même si on a commencé par faire les quatre cents coups et que tous nous jugent pour notre inconduite, il y a toujours la possibilité d’être pris de remords, d’ouvrir les yeux, de voir où est le chemin de la vie et de s’y engager avec joie. Ceux qui sont entré dans le Royaume de Dieu et qui travaillent à sa vigne ne sont peut-être pour une bonne part pas dans nos églises. Et beaucoup de ceux qui se croient justes, tout près de Dieu, ne font peut-être que leur propre volonté. Et l’on risque peut-être un peu vite de condamner tous ceux qui exercent une autorité religieuse, y compris dans nos églises, en leur reprochant de dire haut et fort leur foi mais de ne pas la mettre en pratique.
Le risque alors, serait de simplement inverser les rôles, d’idéaliser ceux qui sont hors du monde religieux, hors des églises, et de considérer tous ceux qui se disent chrétiens comme des aveugles qui vont à la perdition. Hors Jésus ne condamne pas les grands prêtres et les anciens du peuple. Il ne conclut pas la parabole en leur disant : vous n’avez pas fait la volonté de Dieu, vous n’avez pas cru en Jean le Baptiste, vous êtes bannis du Royaume de Dieu. Il leur dit au contraire : « Et vous, voyant cela, vous n’avez pas été pris de remords (vous n’avez davantage changé intérieurement) pour croire en lui » (Mt 21,32). Autrement dit, la possibilité de changer est offerte à tous. Et Jésus est venu aussi bien pour les grands prêtres et les anciens du peuple que pour les collecteurs d’impôts et les prostituées.
C’est ce que Jésus raconte dans la parabole qui suit selon l’évangéliste Matthieu (Mt 21,33-46), où justement il est question d’être envoyé dans la vigne. Il raconte comment Dieu a envoyé tout au long de l’histoire du peuple hébreu des prophètes pour l’interpeller et comment ceux-ci ont été rejetés, y compris Jean le Baptiste. Et dans la parabole, il raconte comment le maître de la vigne envoie finalement son propre fils. Jésus raconte cette parabole aux grands prêtres, avec la conscience qu’il est le fils et qu’ils sont ceux qui projettent de le condamner à mort.
Or, selon ce qu’en dit l’apôtre Paul dans sa Lettre aux Philippiens, Jésus est a priori plutôt du côté des grands prêtres que des collecteurs d’impôts ou des prostituées. Paul le décrit comme « de condition divine », donc tout près de Dieu son Père, venant à nous sans se considérer comme supérieur à qui que ce soit (Ph 2,3.7). Au fond, Jésus s’adresse aux grands prêtres pour les inviter à faire comme lui, à se mettre au service des autres dans l’obéissance au Père du ciel, par amour de tous. Mais pour cela, il faut que les grands prêtres et les anciens du peuple soient prêts à se perdre eux-mêmes pour le salut de tous. Jésus sait combien il est difficile de renoncer à ses avantages en ce monde pour vivre en fils et filles du Royaume de Dieu. Paul par la suite, l’a su aussi.
Pour cela, il faut, au moment où l’on comprend que l’on s’est trompé, avoir l’humilité, la simplicité de changer de point de vue et de reconnaître son erreur. C’est ce que fera Judas, après avoir trahi Jésus. Il est dit que, « pris de remords » – c’est le même terme que celui utilisé par Jésus dans la parabole des deux fils et son commentaire entendus ce matin (Mt 21,28-32) – Judas retourna auprès des grands prêtres pour leur rendre l’argent qu’il avait reçu pour leur avoir livré Jésus (Mt 27,3). Mais les grands prêtres, au lieu d’accueillir son changement intérieur, le condamnent : « C’est ton affaire ! » (Mt 27,4) lui répondent-ils. Et Judas va se pendre. Selon la parabole racontée par Jésus, peut-on l’identifier au premier fils qui est pris de remords et qui finalement fait la volonté de son père ? La condamnation des autorités religieuses qui n’accueillent pas son changement intérieur le pousse au suicide. Cela devrait nous alerter, nous gens bien religieux, sur la manière dont nous accueillons ceux qui sont pris de remords, même après les pires actes.